La naissance du festival


À l’origine du festival, il y a le constat que l’esprit de troupe a besoin d’un espace pour exister. Dans un milieu professionnel favorisant presque exclusivement les carrières individuelles, rien aujourd’hui n’encourage de jeunes acteurs qui le désirent à se lancer ensemble dans une aventure théâtrale qui dépasse le temps d’une simple production et qui soit ambitieuse par le nombre.

 

Dans la plupart des écoles, les équipes de formateurs oublient que « faire du théâtre », ce n’est pas seulement être sur le plateau, mais que, selon la manière d’envisager son métier, cela peut aussi englober le lieu théâtral dans son ensemble. Lorsque l’on rêve de troupe, l’artistique dépasse le plateau. La troupe suppose que l’équipe artistique soit aussi celle qui s’occupe du théâtre.

 

Dans une troupe, l’intérêt collectif passe avant l’intérêt particulier ; en cela, elle est école de la vie en société, école citoyenne. Elle repositionne l’individu dans son rapport à l’autre. Au service du théâtre et non uniquement d’intérêts personnels, les membres d’une troupe défendent un projet commun qui donne sens à l’engagement de chacun. Elle conditionne des choix éthiques et esthétiques. Ainsi, l’engagement d’un comédien ou d’un technicien dans une troupe suppose qu’il a longuement mûri son choix.

 

Une troupe suppose également un rapport complètement différent avec le public. C’est une relation plus intime car les spectateurs sont fidélisés a une équipe artistique et non seulement a une structure théâtrale. La fidélisation d’un public fait partie de la notion même de troupe. Il en est le premier mécène. Une troupe qui, à terme, n’a pas « son public » n’en est pas vraiment une. Sur le plan économique, un public fidélisé est une base solide qui permet de ne pas dépendre entièrement des subventions, et donc d’avoir une indépendance artistique plus importante.

 

Le festival Premiers Pas a pour but d’encourager des aventures de troupes naissantes en leur donnant la possibilité de montrer leur travail dans des conditions décentes, tout en les confrontant à la réalité et au concret de ce rêve de troupe, avec toutes les responsabilités qu’implique le fait de « tenir » un théâtre.

 

 

Les premiers pas du festival


Le festival Premiers Pas est né de la volonté d’Ariane Mnouchkine d’ouvrir son théâtre à de jeunes troupes afin de leur permettre d’y jouer un premier spectacle et d’y rencontrer leur premier public.

 

La rencontre avec Alexandre Zloto, jeune metteur en scène qui a répété et joué son premier spectacle dans la salle de répétition du Théâtre du Soleil, engagé dans un travail de troupe avec le TAFThéâtre, va permettre la naissance du festival Premiers Pas en mai 2003 à la Cartoucherie.

 

Ce festival a pour spécificité d’être centré sur la notion de troupe* et d’avoir lieu au Théâtre du Soleil, c’est-à-dire dans un lieu exemplaire par sa tradition d’exigence artistique et politique. Le texte de Jacques Copeau est le manifeste du festival.

Puisqu’une troupe a pour vocation d’avoir un jour « sa maison », le principe du festival est qu’un théâtre est « confié » aux troupes accueillies. Chaque troupe joue son spectacle une dizaine de dates en alternance, pendant que les autres s’occupent du théâtre entièrement, assumant la location, le bar, l’entretien, l’accueil du public, etc… sous la responsabilité de l’équipe du festival.

 

Par troupe, nous entendons trois choses qui distinguent de la notion de compagnie :
-Être nombreux sur le plateau.
-Se projeter ensemble dans une aventure commune pour plus d’un spectacle.
-Travailler dans un esprit « d’école permanente » en se stimulant les uns les autres.

© 2016 par TAFThéâtre.
 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • White Instagram Icon